Qu'appel-t-on force et courage ?

Quelque chose à dire ou à faire, venez-nous dire ce que vous pensez comme ça de bon matin !!!
pier2
Fidèle
Messages : 687
Inscription : 31 juil. 2015, 13:35
Contact :

Re: Qu'appel-t-on force et courage ?

Message non lu par pier2 » 15 avr. 2019, 11:12

Moi j' ai le courage de ne faire aucune tache ménagère, il faut de la force pour ça. mdr mdr

Barbara92
VIP
Messages : 3359
Inscription : 16 oct. 2017, 10:08
Prénom : Barbara
Contact :

Re: Qu'appel-t-on force et courage ?

Message non lu par Barbara92 » 15 avr. 2019, 11:49

Ptdrr si tu ne fais aucune tâche ménagère tu peux au moins faire du coaching de tâches ménagères riree

Jusqu'il y a peu de temps c'est uniquement moi qui m'occupais des lessives, jusqu'au jour où il s'est retrouvé sans boxers mdr, maintenant il en fait un peu plus riree riree riree

Avatar de l’utilisateur
frogzila
Habitué(e)
Messages : 35
Inscription : 11 avr. 2019, 15:34
Prénom : Mickaël
Ma présentation : ......................
Contact :

Re: Qu'appel-t-on force et courage ?

Message non lu par frogzila » 15 avr. 2019, 12:16


J'ai souvent entendu cette phrase, "oh, quel courage" comme vous tous, toutes mais de courage, il n'y en a pas, le courage est une qualité donnée de l'extérieur, ce n'est pas (pour moi en tous cas) un attribut interne, de l'intérieur ce n'est qu'une affaire de survie (pour moi en tous cas) il n'y a pas de notion même de courage, on ne se dit pas "je suis courageu(x)se" lorsqu’on évite un accident (à soi ou à autrui), on le fait point. De là découle une facette de la force, elle ne peut exister qu'en concurrence à l'autre, on peut se dire "je suis fort(e)" à raison, mais c'est alors par rapport à une image interne et on invoque la perception que l'on a de soi. Evidemment. On arrive au point aigu, épineux, le regard de l'autre, sa perception, comment expliquer ce que l'on ne comprend pas vraiment? Comment traduire en mots un univers de sensations, de perceptions mêlé de sentiments? Comment rendre visible l'invisible? Comment se retourner comme un doigt de gant, comment exposer le caché, l'intime? C'est cet effort qu'il faut faire pour se rapprocher de la compréhension mutuelle et même dans ce cas, on ne peut être sûr(e) que cette compréhension est réelle, il faudrait que l'autre fasse le même travail, fasse ce même effort, et il est douloureux, déchirant. Ce n'est pas un chemin viable, c'est demander à autrui de souffrir autant que soi et pour quelle raison? Quel soulagement trouverais-je?

Barbara92
VIP
Messages : 3359
Inscription : 16 oct. 2017, 10:08
Prénom : Barbara
Contact :

Re: Qu'appel-t-on force et courage ?

Message non lu par Barbara92 » 15 avr. 2019, 12:43

Coucou,

Et bien je te dirais que si, même si nous n'avons pas le choix de la situation que nous vivons, nous avons le choix de notre réaction.
Du coup pour ton exemple de l'accident, il y a plusieurs moyens de réagir à un accident. Vais-je tout faire pour l'éviter sachant que cela comporte aussi des risques ? Ou vais-je être paralysé par la peur ?

Le regard de l'autre est difficile je trouve quand on fait plus partie de ces personnes en bonne santé, qui vivent un peu sur un nuage.
Je n'ai pour l'instant pas d'handicap visible. Pourtant depuis que ça a commencé il y a presque deux ans, je m'étais confié à des amis que je connaissais depuis le collège. Ils m'ont tous tourné le dos je n'avais plus de nouvelles et puis qu'elle idée de prendre des news de moi.
Aujourd'hui une de ces anciennes amies m'a envoyé un message pour mon anniversaire, elle est enceinte pour la 1ere fois du coup on a parlé quelques minutes je lui donnais quelques conseils, et en parlant de poid dans une phrase j'ai glissé lorsque j'ai fais mon irm mercredi. Du coup elle m'a posé des questions auxquelles j'ai répondu et ses réponses c'était que des "ah OK".
Heuu j'ai beaucoup de mal à comprendre et ça me blesse. On était des très bonnes amies mais il faut croire que l'amitié ce n'est pas pour le meilleur et le pire. En tout pas pour une bonne partie de la population.

L'ampathie, ce n'est pas que dans le cadre de la maladie qu'il manque, c'est au quotidien, c'est le quotidien d'aujourd'hui. C'est la raison de beaucoup de problèmes conflictuels. Chacun à son propre cadre de référence et ne se rend pas compte que celui des autres est différent.
Rien que réaliser cette vérité aiderai dans beaucoup de situation.
Bref je m'emballe lol.

Avatar de l’utilisateur
frogzila
Habitué(e)
Messages : 35
Inscription : 11 avr. 2019, 15:34
Prénom : Mickaël
Ma présentation : ......................
Contact :

Re: Qu'appel-t-on force et courage ?

Message non lu par frogzila » 15 avr. 2019, 15:11


Il faudrait d'abord définir l'empathie, se souvenir de sa définition, elle est souvent entendue comme de la sympathie, je pleure avec, mais l'empathie diffère, c'est se mettre à la place de et ça, j'en conviens, est une capacité pas si commune par ce qu'il n'y a rien de démonstratif dans l'empathie, c'est l'aide brute en quelques sortes, je me mets à la place, je con-prends, je prends avec moi, je comprends et donc j'aide en fonction de mes moyens, il y a moins de larmes et de tapes sur l'épaule ou le genoux et on la confonds avec la sympathie...

Avatar de l’utilisateur
Nostromo
Fidèle
Messages : 974
Inscription : 26 mars 2018, 02:32
Ville de résidence : Nyon
Prénom : Jean-Philippe
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=15577
Contact :

Re: Qu'appel-t-on force et courage ?

Message non lu par Nostromo » 15 avr. 2019, 16:08

Salut,

Je vais revenir à l'origine :).

Pour moi, la force est l'aptitude qui consiste à ne pas se laisser détourner de ce qui doit être. Tout le monde ne l'a pas.

Le courage est la capacité à sortir de sa propre zone de confort. Tout le monde ne l'a pas non plus.

(On notera qu'il faut parfois, mais pas toujours, être courageux pour être fort, tout comme il faut parfois, mais pas toujours, être fort pour être courageux).

Dans le cas de la sep, sauf peut-être au moment du diagnostic qui va changer (aussi profondément que brutalement) à la fois "ce qui doit être" et sa "zone de confort", il n'y a besoin ni de force, ni de courage : c'est comme ça, c'est tout.

C'est alors qu'émergera un troisième terme : résilience.

A bientôt,

Jean-Philippe.

Avatar de l’utilisateur
wallis
Confirmé(e)
Messages : 223
Inscription : 22 déc. 2017, 16:34
Ma présentation : f=23&t=15293&p=293582#p293582
Contact :

Re: Qu'appel-t-on force et courage ?

Message non lu par wallis » 15 avr. 2019, 17:14

Barbara92 a écrit :
15 avr. 2019, 12:43
Du coup elle m'a posé des questions auxquelles j'ai répondu et ses réponses c'était que des "ah OK".
Heuu j'ai beaucoup de mal à comprendre et ça me blesse. On était des très bonnes amies mais il faut croire que l'amitié ce n'est pas pour le meilleur et le pire. En tout pas pour une bonne partie de la population.
Coucou again Barb',

Je crois qu’en règle générale, les gens qui ne sont pas de près ou de loin confrontés à des soucis de santé assez graves ne savent pas se comporter vis-à-vis d’une personne qui annonce avoir potentiellement une maladie neurologique.
Par peur d’être maladroit, de dire une méga connerie, les gens préfèrent souvent le silence. Le « Ah ok » de ta copine, a très certainement valeur de « oh mon dieu c’est terrible, moi je vis une période heureuse de grossesse et toi tu m’annonces que tu es peut-être malade, quelle tragédie ». Mais bon, qui dirait ça en vrai ? Personne. Ou éventuellement quelqu’un qui n’a absolument aucun filtre. Si on rajoute le fait que vous n'aviez pas échangé depuis longtemps, elle a dû être déstabilisée.
Mieux vaut ne pas accorder trop d’importance aux réactions des gens qui ne sont pas les plus proches et les plus importants pour nous. Sinon, on n'en sort pas et on ne fait qu'aller de déception en désillusion.

A l’annonce de mon diagnostic SEP, une pote n’a rien trouvé de mieux à me dire que « oh la la mais c’est super grave ça non ? ». Je crois que j’aurais préféré un « ah ok ».
:mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
frogzila
Habitué(e)
Messages : 35
Inscription : 11 avr. 2019, 15:34
Prénom : Mickaël
Ma présentation : ......................
Contact :

Re: Qu'appel-t-on force et courage ?

Message non lu par frogzila » 15 avr. 2019, 17:28


J'ai côtoyé des personnes ayant l'occasion d'aller en CTTAP (Centre d’accueil thérapeutique à temps partiel) lorsque je fréquentais les hôpitaux psychiatriques et dans une association dont je faisait partie, liée à l'HP Maison-blanche, une patiente ma posa la question qui tue: "c'est mortel?" "ça va alors"

Avatar de l’utilisateur
Bloub
Confirmé(e)
Messages : 101
Inscription : 09 déc. 2018, 16:52
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=16412
Contact :

Re: Qu'appel-t-on force et courage ?

Message non lu par Bloub » 15 avr. 2019, 17:59

Salut à tous,

Je suis complètement d’accord avec ce que dit Wallis. Il me semble qu’on apprend avec le temps à percevoir, dans les reactions, ce qui tient de la maladresse, des angoisses propres à la personne, ou de l’indifférence.


Je dirais qu’en tant que malade, on n’est pas faciles non plus. Selon l’étape où l’on en est dans le processus d’acceptation — et selon même l’humeur du moment —, la même réaction d’autrui peut aussi bien être exactement ce que l’on attend qu’être irritante ou blessante... Si quelqu’un dit « oh ma pauvre », c’est une façon d’exprimer de l’empathie, mais c’est plutôt horripilant. A l’inverse j’ai constaté aussi que pas mal de gens évitent le sujet, ne posent aucune question. Même si je préfère qu’ils me posent toutes les questions qui leur passe par la tête et pouvoir en parler librement, je ne pense pas que ce soit toujours de l’indifférence de leur part (meme si ça peut l’être aussi !). Il y a la peur d’être maladroit, le fait d’être désemparé, impuissant, perturbé...

Parmi les réactions, au tout début, je me souviens d’un copain qui m’a dit « t’es vachement courageuse », ce qui m’a paru complètement déplacé, puisqu’en effet je n’avais pas le choix, il n’y avait aucune forme de courage dans le fait de prendre acte de la nouvelle. Par contre un peu plus tard dans la soirée, il m’a serrée fort dans ses bras. A ce moment-là, ça m’a touchée et fait du bien. Peut-être que deux semaines plus tard je lui aurais dit « non mais oh, ça va, je suis pas mourante non plus ! ». En fait, quoiqu’ils fassent/disent / ne fassent pas/ne disent pas, les proches risquent fort d’être à côté de la plaque au moment t, faut pas leur en vouloir d’emblée pour ça, me semble-t-il. Laissons-leur plutôt le bénéfice du doute, pour voir comment ça évolue dans la durée et d’où vient la maladresse initiale.

Avatar de l’utilisateur
Nostromo
Fidèle
Messages : 974
Inscription : 26 mars 2018, 02:32
Ville de résidence : Nyon
Prénom : Jean-Philippe
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=15577
Contact :

Re: Qu'appel-t-on force et courage ?

Message non lu par Nostromo » 15 avr. 2019, 18:01

Yo,
wallis a écrit :les gens qui ne sont pas de près ou de loin confrontés à des soucis de santé assez graves ne savent pas se comporter vis-à-vis d’une personne qui annonce avoir potentiellement une maladie neurologique.
+1.

C'est d'ailleurs la raison principale pour laquelle, dans un premier temps, je n'avais annoncé ma maladie qu'au compte-gouttes et à des gens triés sur le volet. Puisqu'il en était question dans ce fil il y a peu, on peut justement voir le fait de taire sa maladie comme une forme d'empathie : il s'agit d'une mauvaise nouvelle à laquelle mon interlocuteur a neuf chances sur dix de répondre d'une façon qui ne me satisfera pas. Quelle utilité, dès lors, tirerais-je de la lui communiquer, et lui, quel bienfait en tirerait-il ? A moins que cela soit essentiel à l'essence même de notre relation (en général, ça ne l'est pas) : aucun.

A+ !

Barbara92
VIP
Messages : 3359
Inscription : 16 oct. 2017, 10:08
Prénom : Barbara
Contact :

Re: Qu'appel-t-on force et courage ?

Message non lu par Barbara92 » 15 avr. 2019, 19:28

C'est vrai, ils ont beaucoup de chances de répondre à côté de la plaque lol.
Mais à défaut de répondre des choses adaptés, il y a la présence, qui montre beaucoup.

C'est vrai que c'est difficile d'avoir des mots adaptés, de savoir quoi dire.
Je me rappel du jour ou ma cousine m'a annoncé que les médecins de son père lui donnaient une semaine à vivre.. Que dire ??
Mais j'ai été très présente les années qui ont suivi.

Après cela dépend aussi du caractère de chacun. Moi je suis très emphatique. Souvent la réaction des gens me blesse + que l'événement en lui même. Et voir quelqu'un s'inquiéter pour moi est très difficile. C'est comme un miroir qui te renvoi une image différente de celle que tu as. Tu as envie de dire mais tranquille la vie continue.

Et pareil pour le fait d'en parler ou pas.
Naturellement certains gardent beaucoup pour eux.
Et puis d'autres ont besoin de se lâcher.

Avatar de l’utilisateur
Nostromo
Fidèle
Messages : 974
Inscription : 26 mars 2018, 02:32
Ville de résidence : Nyon
Prénom : Jean-Philippe
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=15577
Contact :

Re: Qu'appel-t-on force et courage ?

Message non lu par Nostromo » 15 avr. 2019, 22:18

Yo,
Barbara92 a écrit :Moi je suis très emphatique.
Joli ange3

Barbara92
VIP
Messages : 3359
Inscription : 16 oct. 2017, 10:08
Prénom : Barbara
Contact :

Re: Qu'appel-t-on force et courage ?

Message non lu par Barbara92 » 15 avr. 2019, 22:24

Nostromo a écrit :
15 avr. 2019, 22:18
Yo,
Barbara92 a écrit :Moi je suis très emphatique.
Joli ange3
C'est pas facile et ça puise de l'énergie. Selon mon homme je le suis trop.

Avatar de l’utilisateur
Nostromo
Fidèle
Messages : 974
Inscription : 26 mars 2018, 02:32
Ville de résidence : Nyon
Prénom : Jean-Philippe
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=15577
Contact :

Re: Qu'appel-t-on force et courage ?

Message non lu par Nostromo » 15 avr. 2019, 22:33

Reyo,
Barbara92 a écrit :
15 avr. 2019, 22:24
Nostromo a écrit :
15 avr. 2019, 22:18
Yo,
Barbara92 a écrit :Moi je suis très emphatique.
Joli ange3
C'est pas facile et ça puise de l'énergie. Selon mon homme je le suis trop.
Tu n'as pas compris ce que je voulais dire :).

(a) Empathique : relatif à l'empathie, à la capacité de s'identifier à autrui dans ce qu'il ressent.
(b) Emphatique : qui est empreint d'emphase, qui s'exprime avec emphase.

Je pense que tu voulais dire (a) plutôt que (b) <2

JP.

Barbara92
VIP
Messages : 3359
Inscription : 16 oct. 2017, 10:08
Prénom : Barbara
Contact :

Re: Qu'appel-t-on force et courage ?

Message non lu par Barbara92 » 15 avr. 2019, 22:42

Yo :mrgreen:

Merci je ne connaissais pas ce mot (emphase), je l'ai googlelisé, comme on dit ici c'est un peu être marseillais (langage de foot, exagérer).

Oui je voulais dire le (a) lol.
En vivant avec un gardien de la paix, où ils ont besoin de prendre beaucoup de distance, c'est un peu les deux opposés :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
CeTen
Habitué(e)
Messages : 80
Inscription : 28 déc. 2015, 13:56
Ville de résidence : Arlon
Prénom : Cécile
Localisation : Belgium
Contact :

Re: Qu'appel-t-on force et courage ?

Message non lu par CeTen » 17 avr. 2019, 11:09

Moi je ne formalise plus.

ceux qui comptent sont là. Je dois dire que j'ai peu de filtre avec mes amis et ils ne s'en formalisent pas. En fait, eux non plus n'en ont pas. :lol: ça aide. Je n'interprète pas les propos des gens, je les prends pour ce qu'ils sont.
Si je dis "je suis fatiguée" "je ne le sens pas" "je m'en fous" etc, ils savent. c'est pratique. d'un autre coté faut accepter "oui mais ça va hein, j't'ai vu faire la mariole ce matin" "mets pas tout sur ta SEP" "dis la malade faut pas exagérer" (oui il me le dise vraiment...)

"Ah ok" pour moi c'est plus la réaction de qqun qui ne sait pas quoi dire. Faut dire aussi que "j'ai la SEP" c'est hard à se prendre dans la tronche. Autant pour nous que pour eux. Ils sont à coté de la plaque (c'est bien le cas de le dire) pcq c'est juste humain de ne pas savoir réagir.
Combien de personnes détournent le regard face à un fauteuil, un trisomique, etc. Ils ne savent pas comment se comporter. Je sais pas si on doit le prendre autrement que comme un "laisse moi accuser le choc"
je préfère le "c'est mortel? ça va alors" à autre chose. c'est tellement vrai! ça va. on vit avec non?

Avatar de l’utilisateur
Bashogun
Célébrité
Messages : 6284
Inscription : 14 juin 2016, 18:47
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=13044
Contact :

Re: Qu'appel-t-on force et courage ?

Message non lu par Bashogun » 17 avr. 2019, 11:47

CeTen a écrit :
17 avr. 2019, 11:09
Moi je ne formalise plus.
Idem.
C'est tellement compliqué de réagir bien - et je suis bien certain que même pour nous qui avons la Sep, il ne nous serait pas forcément plus évident de réagir bien à l'annonce d'une autre pathologie qui affecterait un ami, une simple connaissance. D'autant que si on peut essayer de maîtriser côté émission, on ne peut guère avoir de certitude côté réception...
Et puis, parfois, ce n'est pas plus mal de se faire un peu voler dans les plumes, non ?
Il faut avoir la force d'accepter les incompréhensions, les maladresses, etc, et le courage d'en tirer parfois quelque chose.
Compte Twitter du forum @forum_sep
https://twitter.com/FORUM_SEP
Suivez et utilisez le hashtag :
#SepbySep, la SEP par ceux qui la vivent
Compte Facebook du forum
https://www.facebook.com/forumsep/

Avatar de l’utilisateur
wallis
Confirmé(e)
Messages : 223
Inscription : 22 déc. 2017, 16:34
Ma présentation : f=23&t=15293&p=293582#p293582
Contact :

Re: Qu'appel-t-on force et courage ?

Message non lu par wallis » 17 avr. 2019, 16:16

Tout à fait d'accord CeTen, même si parfois, on a besoin de se faire un peu épargner. D'où l'intérêt d'appliquer la méthode de Jean-Philippe : parler de notre maladie à des personnes triées sur le volet. Mais il est vrai que la franchise est essentielle de la part des proches. Cela aide à prendre du recul.

Ca me fait penser à un truc, en parlant de prendre du recul. Pour la première fois, j'ai réussi à rire de ma SEP en famille il y a peu. Ce qui aurait été impensable il y a un an.

Nous dînons chez mon frère. Il propose de quitter le salon pour la salle à manger afin de passer à table. On débarrasse un peu tous l'apéro, pour aider, sauf ma mère. Je la taquine : "Ben alors, tu ramènes pas un truc en cuisine toi ? T'es dispensée ?". Elle me répond un peu sans-gêne : "Oh hé, moi je suis vieille hein !".
Vous la sentez venir ma réponse ? :mrgreen:
ET VLAN: "Ah oui ? Et bah moi je suis gravement malade !".

Raconté comme ça, ça rend moins bien qu'en vrai, mais vous auriez vu les têtes de mon frère et de sa femme, c'était magique.

Bref, tout ça pour dire qu'on est les premiers à pouvoir changer le regard de nos proches sur le statut de 'malade'. En leur permettant d'en rire, c'est un premier pas. Mais je peux comprendre que ce ne soit pas envisageable pour tout le monde. Chacun fait comme il peut, comme il veut, avec ses propres limites, ses propres envies :)
Mais pour ma part, ce rire avec ma famille, sur ma maladie, ça a démystifié un truc. La SEP, oui c'est moche, mais on ne nous interdira pas d'en rire. Il m'aura fallu un peu de temps avant d'oser blaguer sur le sujet avec eux, mais je ne regrette pas.

Avatar de l’utilisateur
CeTen
Habitué(e)
Messages : 80
Inscription : 28 déc. 2015, 13:56
Ville de résidence : Arlon
Prénom : Cécile
Localisation : Belgium
Contact :

Re: Qu'appel-t-on force et courage ?

Message non lu par CeTen » 18 avr. 2019, 09:55

Comme tu as raison Wallis!
ça fait du bien de rire

j'ai fait aussi de l'humour l'autre fois, aubagio provoque parfois des fourmillements dans les mains et j'ai tendance à être maladroite à cause de ça.
du coup l'autre jour en plein petit déjeuner avec mes parents, j'ai lâché ma tasse de thé...
Mon père me dis "tu pourrais faire attention quand même"
j'ai répondu "c'est pas moi, c'est ma SEP" :D

Tout le monde a rigolé

Répondre

Revenir à « La pensée du jour... »